JTI2008 : Les Journées Tunisiennes de l’Internet organisées par le chapitre Tunisien de ISOC

Le premier jour la salle était pleine d’étudiants mais ils n’avaient pas l’air très au courant. Le deuxième jour il y avait moins d’étudiants mais ils avaient l’air plus au fait des discussions. Comme si ceux qui étaient venus le premier jour avaient passé le mot : ça parlait de izoque, ipévéssisse, idééenne, yeutééeffe et de nemo.

Le 21 et 22 février 2008 se sont déroulées les Journées Tunisiennes de l’Internet. Le programme était subdivisé en trois parties :

  • le matin de la première journée on a discuté de ISOC et IETF
  • l’après midi de la première journée on a discuté des IDN et IPv6
  • le matin de la deuxième journée on a discuté de IPv6 et NEMO

Les JTI2008 sont le premier évènement organisé par le chapitre Tunisien de ISOC. Khaled Koubaa, le président du chapitre était au summum du stress que peut supporter un être humain le premier jour. Il n’avait pas dormi depuis trois jours. Le deuxième jour, on voyait très bien qu’il avait passé une bonne nuit de sommeil. Tout s’était bien passé le premier jour.

Lamia Sghaier, notre secrétaire d’état, a confirmé un nouvel opérateur telecom et a annoncé une mesure qui me tient particulièrement a cœur : à l’horizon de 2009 l’état va fournir des adresses mel a tous ses citoyens. ce que je trouve particulièrement intelligent.

Patrick Vande Walle, chef de projet en charge des nouvelles technologies de l’information à la commission européenne (aussi membre de ISOC) nous expliqué les interactions en jeu dans la gouvernance d’internet. Il nous à révélé entre autres que ces derniers temps, l’OMC commence a s’activer pour être une autorité.

Marc Blanchet, auteur de plusieurs RFC autour des IDN, a inventorié devant nous les activités en cours de IETF et nous a expliqué qu’il y a de moins en moins d’activité autour de IPv4 et de plus en plus autour de IPv6. en d’autres termes IPv4 n’est plus maintenu. ce qui se comprend quand on sait qu’en 2010 il n’y aura plus aucune adresse IPv4 disponible. Il nous a aussi expliqué le processus de soumission d’Internet Draft, où je me suis rendu compte que c’était une simple question d’upload de fichier avec un formulaire. D’ailleurs Marc encourage out le monde a soumettre des drafts, et je pense que je vais m’y mettre. Il y’a un petit souci avec les IDN BIDI que je vais prendre la peine de régler.

Atef Loukil, de ATI nous a expliqué pourquoi il faut des noms de domaines en langue arabe. Ce qui est une question qui ne me serait jamais venue a l’idée de me poser. En généralement j’apprécie beaucoup ce genre de questions et en plus il a donné de trés bonnes explications étayées de chiffres très intéressants. A la fin de la présentation nous aurons appris que 99% des internautes qui parlent arabe parlent en même temps une langue latine, mais malgré cela il faut que les noms de domaines soient en arabe, parce que ce qui compte ce ne sont pas les internautes qui sont déjà sur la toile, mais bien les internautes potentiels.

Thierry Ernst, chercheur a INRIA et adepte du vélo, nous à fait part de ces recherches sur l’internet mobile et des résultats qu’il a obtenu. Nous avons appris que le frein à l’adoption de IPv6 se résumait au fait que IPv6 est une factorisation de IPv4. IPv6 n’est pas une innovation en soi, IPv6 permet l’innovation. Pour cela il faudrait d’abord qu’il soit mis en place. C’est ce que les industriels ont du mal a comprendre.

Ce que j’ai appris aussi…

  • l’adressage IP est topologique. c’est a dire qu’une adresse dépends de ses adresses voisines. on ne peux pas attribuer des adresses au hasard. c’est justement pour ça que le DNS existe (pour attribuer des noms comme on veut)
  • IPv6, contrairement a IPv4, permet d’adopter plusieurs politiques d’adressage. il n’impose pas un ordre hiérarchique (même s’il est utilisé de cette façon là pour l’instant).
  • Dans IPv6 il n’y a pas de « adresse IP fixe ». toutes les adresses ont une durée de validité limitées et renouvelables.
  • le rôle de rfc editor est très important, des RFC peuvent êtres éditées sans passer par le IETF (théoriquement) et d’autres peuvent être bloquées pendant des années (pratiquement)
  • Les adresses IP sont des ressources. elles sont limitées (je n’y avait jamais pensé).

Ceux qui me suivent sur twitter ont pu suivre mes commentaires en temps réel. J’ai utilisé le tag « jti2008 » ce qui fait que vous pouvez les consulter sur hashtags.

1 comment so far

  1. fropert on

    Bonjour,

    Parler d’IPv6 c’est déjà un grand pas! Effectivement ce protocole permet l’innovation, chose que les gens ont du mal à comprendre mais je pense tout de suite à des projets de mobilité (routeurs IPv6 dans les voitures, les périphériques mobiles profitant d’IPv6 mobility tout en gardant à l’esprit qu’il faudra toujours des avant-gardistes comme Renater (Le partenaire historique de Cisco en France pour IPv6) ou France Telecom (ce dernier ne bosse que depuis 8 ans sur IPv6 avec Cisco)) pour pousser ce protocole et convaincre. Bon week-end


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :